Randonnee du Muguet 2015 – Version Steph

image_pdfimage_print
“J’aurais pas dû mettre mes gants blancs ce matin”1ermai
Tout commence comme vous (Tof et Steph),
Hier soit Pierre me rappelle la Rando du Muguet et effectivement “s’il ne pleut pas on y va”,
Ce matin échange de mots tendres au réveil avec Peter … on se tâte, je tente de motiver Pierre pour un 40km… et puis je le perds, apparemment rendormi.
Bon, je me tâte tout seul (!) et je suis certain que d’autres fous sont au rendez vous. Et puis de toute façon je dois rouler, et puis je ne suis pas en sucre, et puis… mince il est déjà tard, arrête de réfléchir et pars !
Sur la liste au moins 5/6 noms d’ACIiste, la moitié des inscriptions de la Rando, quasi.
Quitte à se faire mouiller je prends l’option 62 km et je me lance dans l’idée de vous rattraper ne sachant pas à quelle heure vous êtes partis.
Les 10-15 minutes qui nous séparent sont de trop et malgré un bon rythme pas de blanc-et-rouge à l’horizon.
J’ai même appris que vous vous étiez égarés (au niveau d’un passage avec une chaîne) mais le problème c’est que moi aussi, j’avais loupé l’entrée du premier single donc zéro avantage.
Hormis une dizaine d’égarés dépassés, j’ai roulé solo, c’est long quand même.
Et effectivement Patron avait raison la grosse Glaise pendant 500m a eu raison de moi.
Déjà dans le premier virage je me suis fait éjecter du vélo par une sale ornière (ouf ça faillit faire bien mal). Comme un con tu remontes sur ton vélo sans entendre le moins “Ca va ?”.
Et puis dans la ligne droite voulant forcer avec un vélo chargé de 15kg de boue, mon dérailleur a fait une pirouette et s’est foutu dans les rayons.
Résultat dérailleur cassé et 2 rayons en vrac !
Un gars une fille arrivent et partent…ok
Mes gants blancs se mettent alors à chercher dans la boue comment retirer la chaîne et le dérailleur
Pour ceux qui y sont passes imaginez vous en train de retourner le vélo dans cette merde et de fouiller votre sac (blanc) pour y ranger la chaîne , le dérailleur et Madame Glaise.
J’appelle l’assistance ACI, et je consomme les 30 seconds de batterie de Tof qui a juste le temps de me dire que la route est proche. Voilà une bonne nouvelle.
Coup de chance ça descend, je baisse ma selle télescopique (sans commande au guidon mais ça c’est un autre épisode) et je fais de la drésienne pendant 2/3 km. Et je m’active car putain ça Caille à Boissy quand on est mouillé.
Pas mécontent d’arriver (13:30) je comptabilise 57km pour un roulage que je trouve honorable de 14,9km/h (au moins ça fait du bien) vu les conditions.
Douche intégrale sur place, double rations (y avait du stock)
Et après midi mécanique, sans grand espoir de pouvoir rouler dimanche.
Tu vois Pierre, je fais tout pour être prêt pour les Chemins mais quand je sors je casse !
A +
Steph.